Posts Tagged usine

Du coté obscur de la force

La nuit dernière j’ai réussi à sympathiser avec quelqu’un à l’usine. En fait, je me demandais pourquoi j’avais aucun probleme pour parler avec le nouveau remplaçant vacances qui venait de débarquer et là il a sorti sa Psp. Ok, à croire que j’ai des facilités sociales qu’avec les geeks.

Ce jeune homme m’a appris que récemment était sorti un packregroupant une Psp collector et le jeu FF7 Crisis Core, le tout pour le prix sympatique de 190euros.
Crisis core fait partie de ce trio de jeu qui m’ont fait grincer des dents à leur sortie. Pourquoi sur Psp et pas sur ma DS adorée hein? Pour Crisis Core ok je veux bien, vu la gueule des graphismes ça serait un coup à faire rendre l’ame à la pauvre petite tactile, mais pour les deux autres? Ils font quand même vachement décalés quand on regarde les jeux phares de la console Sony.

Bref, cet aprem j’ai craqué, j’ai vu que le pack était déja introuvable sur les sites de VPC et j’suis allée voir si chez Mamouth (OUAIS, le DERNIER DE FRANCE!) s’ils en avaient pas un exemplaire. Ils en avaient cinq, et j’ai déclenché l’antivol de l’un d’eux en me servant.
Enfin bon, je suis donc l’heureuse propriétaire d’une Psp Slim Lite Crisis Core Limited Edition (rien que ça) et j’ai oublié de m’acheter un memory stick. Toutes mes excuses à Nintendo.

Publicités

Comments (1)

Un connard en chasse un autre

J’ai repris mon  traditionnel job d’été depuis mardi soir. Me revoilà donc à entasser des cartons sur un tapis roulant avec joie et délectation quatre nuits par semaine pour une paye plutôt alléchante.

J’ai enfin réalisé pourquoi cette paye était élevée: On est payé pour côtoyer des cons.

Quand je parle de cons, je ne parle pas juste de gens ayant un ou deux traits de caractère les rendant désagréables, non, je parle de crétins basiques. Sur 4 étés de boulot à l’Usine, j’en aurais rencontré quelques spécimens mais les deux à m’avoir le plus marqué font partie de ce que je qualifierai de connards sous perf’ de guronsan. Le genre de mec à être une pile électrique, à courrir partout sans raison, à parler sans cesse pour dire des conneries, à faire des blagues nazes, à vous aborder limite en vous insultant comme si ça allait vous faire rire et à considérer que les êtres de son espèce sont les seuls à avoir le droit de vivre.
Oui, j’en ai rencontré des comme ça, et le second pas plus tard qu’hier.

Quand vous bossez tranquille et que la première chose qu’un inconnu vous demande, avant même de se présenter, c’est si vous êtes aussi mou dans la vie de tous les jours, vous vous demandez si ce type a vraiment envie de se faire détester ou s’il est juste stupide. le reste de la conversation m’a prouvé que c’était la seconde alternative. Un être profondément bête, bourré de préjugés et pensant que c’est anormal de ne mettre aucune passion à remplir un convoyeur avec des cartons. En lui parlant, j’en suis venue à me demander s’ils étaient deux dans ce corps pour accumuler autant de connerie.
Hélas, je ne peux me permettre de lui adresser toute la haine qu’il m’inspire, étant donné qu’il serait mal vu de se faire détester de ses collègues des son troisième jour. Je garde donc mon mépris pour moi et prends énormément de plaisir à imaginer toutes les saloperies que je pourrai lui dire si j’en avais l’occasion.
Je tiens donc à remercier le peuple des connards pour me fournir de quoi occuper mon cerveau quand je suis devant mon convoyeur. Oui, merci, bien que vous déclenchiez chez moi une certaine haine de l’humanité.

Comments (3)